News

Des psychanalystes consultent à distance

30.03.2020

Pendant cette période indéterminée de confinement, vous pouvez consulter un psychanalyste à distance. Nous vous proposons trois séances en visioconférence ou par téléphone selon des modalités propres à chaque analyste. Le prix sera adapté à votre situation financière et ne doit en aucun cas être un obstacle à la prise de contact.

Vous trouverez la liste des praticiens des consultations à distance en cliquant sur ce lien.

 

Voilà leurs noms et coordonnées:

Carine De Buck (1050)                                    0473 584364

Katy Bogliatto (1410)                                        02 351 37 24

Edith Creplet (1190)                                         02 649 84 88

Jeannine Delgouffre (1150)                             02 771 97 66 ou 0474 55 86 10

Liliane Dirkx (1180)                                         02 375 23 78

Marie France Dispaux (1330)                         02 653 34 94

Marie-Paule Durieux (1410)                           02 351 26 30

Blandine Faoro Kreit (1950)                           0475 91 70 29

Christel Flavigny-Le Corre (1180)                 0492 171709

Christine Franckx (2020)                               0474 130 847

Jacqueline Godfrind (1200)                           02 734 77 48

Denis Hirsch (1180)                                         0478 321008

Jacqueline Janssens (1170)                              0478 291816

Marie-Thérèse Kastl (1050)                           0478 48 66 82

Sylvie Kockelmeyer (1050)                            0476 66 59 39

Isabelle Lafarge (1150)                                    0497 94 26 97

Arlette Lecoq (4000)                                      04 252 30 43

Diana Messina Pizzuti (1180)                         02 374 15 33

Camille Montauti (1180)                                 0478 56 60 37

Pierre Paduart (1050)                                      0491 08 80 28

Theresa Spadotto-De Schutter (1050)         0474 25 71 16

Marianne Van Bourgonie (1640)                   0475 96 32 13

En savoir plus

Communication Covid-19

20.03.2020

Avec le Covid-19, nous sommes tous, citoyens, psychanalystes, patients … soumis à une situation d’une grande violence physique, psychique, sociale … Les nouvelles mesures de confinement pour éviter la propagation du virus nous concernent tous et exigent de la part de chacun un niveau de responsabilité aigu et difficile. Le respect de ces mesures est une responsabilité civique indispensable.

Le climat anxiogène qui découle de cette situation demande qu’un cadre thérapeutique, analytique, d’échanges, d‘écoute continue à être assuré pour tous ceux qui le souhaitent, pour tous ceux qui en ont besoin.

Et comme aucun thérapeute, aucun patient ne peut se garantir non porteur du virus, la Société Belge de Psychanalyse recommande l’usage des consultations à distance (téléphone, Visio appels…), en adaptant ce cadre aux circonstances, besoins et possibilités de chacun. C’est un bon moyen d’assurer une écoute analytique pendant la période de confinement. Moyennant une grande prudence et en suivant les consignes sanitaires les plus strictes, il pourrait néanmoins s’avérer indispensable que certaines consultations soient poursuivies au cabinet de l’analyste.

Ces diverses dispositions d’exception demanderont à tous de devoir être inventif mais permettront de préserver un espace d’élaboration psychanalytique.

Nous sommes persuadés que chacun trouvera la créativité féconde pour mettre en place les meilleures solutions à apporter à cette situation.

Nous vous souhaitons de traverser cette épreuve sans trop de dégâts.

 

En savoir plus

Séminaire du mercredi 18 mars 2018 – A propos de la moins mauvaise des solutions à la condition humaine

15.03.2020

En savoir plus

Le DSM remis en question ! Une belle éclaircie dans le ciel sombre de la Santé Mentale en Belgique !

05.03.2020

Le DSM remis en question !

Une belle éclaircie dans le ciel sombre de la Santé Mentale en Belgique !

La Société Belge de Psychanalyse se réjouit de la remise en question par le Conseil Supérieur de la Santé (CSS), de l’utilisation du DSM et du CIM, comme outils de référence pour le diagnostic et la planification du traitement des personnes en souffrance psychique.

Ces outils de « classification », nous dit le CSS[i], « ne permettent pas de comprendre les symptômes ni de connaître les besoins de prise en charge ou le pronostic », et à eux d’ajouter « qu’il est plus utile de comprendre la combinaison de facteurs causant et maintenant des symptômes chez un patient que d’identifier une catégorie ».

Le CSS remet ainsi au centre de la préoccupation de tout praticien en Santé Mentale, la singularité de la souffrance psychique de chaque humain et chaque patient, l’importance du sens de ses symptômes et de l’impact éventuel de son environnement. En cela, nous ne pouvons que nous réjouir de cette prise de position.

Les outils tels que le DSM, ont été utilisés pendant longtemps dans l’intention de donner aux troubles mentaux une place scientifiquement similaire à celle d’autres troubles et de permettre ainsi une politique gestionnaire et financière équivalente.

Entre-temps, les études ont montré les effets néfastes de l’utilisation du DSM dans le domaine des soins en santé mentale.

Avec la décision du CSS de remettre en question cette utilisation, nous revenons à la nécessité d’une approche de la souffrance humaine dans toute sa complexité et privilégiant le processus individualisé plutôt que l’approche protocolaire.

En effet, l’accompagnement de la souffrance psychique demande une position bienveillante et un cadre adéquat permettant son expression libre sans crainte de jugement. Il sollicite aussi, chez le praticien, une écoute bien outillée théoriquement et une capacité interne à accueillir toute souffrance mentale.

C’est notamment ainsi que la SBP conçoit la formation analytique qu’elle dispense

Nous devons continuer à nous mobiliser pour défendre cet espace de pensée individualisé indispensable à un accompagnement de qualité. Le système actuel des soins de santé mentale en Belgique est encore infiltré de toutes parts par cette ancienne vision, hyper protocolée, mettant les patients et leurs réels besoins au second plan, et les praticiens dans un dilemme éthique, partagés entre les prescriptions administratives qui leur sont imposées et leur souci professionnel de bien accompagner leurs patients. Les lobbys en faveur d’une psychologie et psychiatrie entrant dans cet ancien esprit managérial ne vont sans doute pas rester sans réaction. Mais la prise de position du CSS est une belle éclaircie encourageante dans ce ciel encore sombre.

Informations complémentaires :

 

 

 

 

 

En savoir plus

A propos du rapport du KCE sur « l’organisation des soins de santé mentale pour les adultes en Belgique »

26.10.2019

A propos du rapport du KCE sur « l’organisation des soins de santé mentale pour les adultes en Belgique » octobre 2019

Les professionnels du soin en santé mentale avaient été invités par le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE) à participer à une enquête en ligne début 2019. Le format rendait difficile voire impossible la réponse à des questions complexes. C’est pourquoi un petit groupe de psychanalystes a rencontré à la Maison de la SBP Patriek Mistiaen, le chercheur principal chargé de l’enquête, pour une discussion plus nuancée autour des thèmes proposés.

Nos interrogations concernant cette enquête se retrouvent dans les conclusions et dans certaines des recommandations du rapport. Celui-ci ne prend pas position sur les contenus et les formes que peut prendre le soin psychique. Il met en avant le manque de données précises et fiables sur les besoins en santé mentale ainsi que sur les possibilités de soin accessibles à la population.

La question de l’enregistrement de données épidémiologiques est ouverte, c’est une préoccupation constante des services de soin en santé mentale et elle nécessite aussi une mise au travail de la SBP si nous voulons que les soins psychanalytiques restent accessibles aux patients en institution comme en privé. La confidentialité est au cœur de nos préoccupations, l’utilisation de moyens numériques comme e-health met à mal l’éthique de notre travail et peut entraver les processus thérapeutiques pour nos patients. Comment garder la possibilité de travailler et développer la psychanalyse dans ce contexte sociétal qui favorise la souffrance psychique et qui rend cette pensée si nécessaire ?
Il est intéressant que ce rapport pointe la nécessité de continuité de soins, de temps de concertation, de nécessité de prendre en compte aussi le versant social sans trop formaliser une organisation rigide pour les soins en santé mentale. Mais en parcourant la liste des recommandations, c’est encore et toujours la nécessité du financement de ces soins qui est renvoyé aux décideurs politiques.

Pour en savoir plus allez sur la page https://kce.fgov.be/fr/organisation-des-soins-de-sant%C3%A9-mentale-pour-les-adultes-en-belgique

En savoir plus

Tijdschrift voor Psychoanalyse

18.09.2019

Het herfstnummer van het Tijdschrift voor Psychoanalyse en haar toepassingen verschijnt op 17 september.

Click here to go to the website of the Tijdschrift

En savoir plus

Remise du Prix Maurice Haber 2018

28.11.2018

Le Prix Maurice Haber 2018 a été remis à Luc Magnenat pour son article « L’environnement non humain de Searles, revisité à la lumière de la théorie de la pensée de Bion et à l’ombre de la crise environnementale » paru dans le numéro 69 de la RBP.

Retrouvez la remise du prix en vidéo et la réponse de l’auteur ici

En savoir plus

Bienvenue sur psychanalyse.be

22.11.2018

Le portail psychanalyse.be est issu de la mise en commun des contenus et informations de la Société Belge de Psychanalyse et de la Revue Belge de Psychanalyse.

Vous y trouverez un large panel de contenus relatif à la psychanalyse. Il s’adresse à la fois aux professionnels ainsi qu’à un public plus large intéressé par l’approche psychanalytique.

Les professionnels ont accès à l’agenda des évènements scientifiques organisés par la Société Belge de Psychanalyse et/ou par ses membres, aux ressources pointues (publications scientifiques, billets et réflexions, vidéos, extraits sonores, etc.), aux articles de la Revue Belge de Psychanalyse, aux informations sur la formation à la psychanalyse aux modalités de location de la Maison de la Psychanalyse et autres.

Le grand public peut s’y informer sur les pratiques psychanalytiques et trouvera une liste de praticiens près de chez eux.

Les membres trouveront dans leur espace privé les informations propres à la Société Belge de Psychanalyse.

Bonne visite!

Christine Franckx, Présidente de la Société Belge de Psychanalyse
Jean-Paul Matot, Directeur de la Revue Belge de Psychanalyse

En savoir plus

Baudouin de Lantsheere 1942-2018

01.05.2018

La Société Belge de Psychanalyse a la profonde tristesse d’annoncer le décès de

 

Monsieur

Baudouin de Lantsheere

 

Médecin psychiatre, psychanalyste (SBP)

Médecin Capitaine-Commandant de réserve

 

né à Woluwe-Saint-Lambert le 14 décembre 1942, décédé à Uccle le 21 avril 2018.

En savoir plus

Baudoin Delahaye 1941-2018

La Société Belge de Psychanalyse a la très grande tristesse d’annoncer le décès de

 

Monsieur Baudoin Delahaye

(1941 – 2018)

Psychanalyste (Société Belge de Psychanalyse)
Docteur en médecine et psychiatre

(Photo: Baudoin Delahaye en 1992 à Vienne

devant le Pavillon de la Sécession)

En savoir plus