News

« Le corps de l’enfant en jeu. Psychothérapies des pathologies archaïques »

11.02.2021

L’évolution de la clinique infantile confronte de plus en plus souvent les professionnels à des enfants dont le psychisme n’a pu se développer harmonieusement. Les relations à autrui, parents, camarades de classe, sont marquées soit par l’excès – impulsivité et violence –, soit par le retrait – inhibition. Chez de tels enfants, on retrouve conjointement des troubles du narcissisme, un déficit de la symbolisation, des difficultés dans la gestion de l’agressivité ainsi que des troubles dans l’organisation psychomotrice. C’est pourquoi l’espace de jeu créé dans la rencontre corporelle avec le thérapeute contribue à l’émergence d’expériences de satisfaction accroissant leur sentiment de bien-être et confortant les fondements de leur identité. Ces expériences de plaisir partagé favorisent la relance du fonctionnement psychique.

Les auteurs montrent qu’il est incontournable d’associer les parents à la thérapie : les accompagner soulage leur culpabilité, atténue la blessure narcissique, le sentiment d’échouer dans la tâche qui leur incombe. La mobilisation de leurs parts inconscientes produites par les modifications relationnelles chez l’enfant nécessite une écoute attentive et pertinente.

En savoir plus

Une parcelle d’analyse

30.12.2020

(L’auteure, membre invitée libanaise de la SBP, a écrit ce texte après l’effroyable explosion qui eut lieu à Beyrouth cet été et dans un contexte sociétal dominé aujourd’hui par la corruption.)

 

Un article paru récemment dans la presse m’a vivement interpellée. Une journaliste déplore l’horreur de la tragédie humaine vécue au Liban. En effet, les autorités libanaises auraient contacté la famille d’une victime de l’explosion dramatique du port de Beyrouth afin de lui remettre un fragment de son corps retrouvé sur les lieux de la catastrophe. Le drame est que la dépouille ou plutôt ce qu’on a pu en rassembler avait déjà été inhumée !!

Ce fragment de restes retrouvé eu l’effet d’un couteau qu’on tourne dans la plaie et l’a fait saigner de nouveau…

La douleur humaine dans mon pays natal est devenue sans visage, sans nom ni identité, un reliquat d’une patrie dont la surface se délimite par les dépouilles de ses enfants.

Enterrons-nous nos enfants ou la nation toute entière ?!

Quelle tragédie humaine que de devenir des fragments retrouvés, dénués de face et d’entité, dévorés par les reptiles et les poissons, et que les familles se doivent d’enterrer parcelle après parcelle !

L’être est réduit à une parcelle et l’existence en mirage dans cette ère où la haine et la destruction sont devenues les mots d’ordre d’un être humain dépourvu d’humanité et de valeurs, banalisant la destruction systématique de la planète et de ses habitants, mû par un ego assoiffé de pouvoir et d’argent.

La pieuvre maléfique habite la terre sans aucun doute, s‘amusant du meurtre comme d’un jeu d’enfants qui auraient oublié de grandir, des jeux infestés, promus par le commerce et offerts par des parents ignorants et pris au piège de l’addiction à la consommation. Ce jeu de guerre infantile grandit avec eux mais ne mûrit guère que par ses contours colorés, modernisés de destruction et de mort.

Visionnaire fut Freud lorsqu’il déclara vingt ans avant l’invention de la bombe nucléaire que l’autodestruction est une pulsion humaine cachée et dangereuse telle qu’elle pourrait mener à l’extinction du genre humain.

C’était un avertissement et personne n’a voulu l’entendre. C’était une sagesse et personne n’a pu comprendre. C’était génial et l’humanité n’est que décadence.

Freud, à qui lis-tu tes psaumes ?!  A des disciples dispersés qui se divertissent de ton précieux héritage avec des théories sophistiquées visant la rivalité plutôt que la cohésion ?

Ou à des dirigeants pétris d’ignorance qui se jouent des âmes et de la planète et les vendraient pour une poignée d’or ?

Ils t’ont imputé du complexe de grandeur, ceux- là même à l’ego débordant occulté qui sapent les relations entre les nations et les individus et se jouent du sort des peuples sans avoir aucun cas de conscience ; toi qui avais, il y a bien longtemps, décrit l’humanité comme ayant une conscience intransigeante (ou sur-moi) et tu lui avais prescrit la tolérance dans tes livres sur la civilisation !

Qu’en est-il des religions qui t’ont tant intrigué et qui portent aujourd’hui les armes au nom de Dieu afin de détruire la terre et ses créatures, ces religions que tu as décrites comme la plus haute sublimation de l’humanité et l’organisateur premier des règles sociales ?!

Cette fragmentation corrosive de la pensée, de la terre, de l’environnement, de l’économie et des croyances entraîne actuellement l’humanité vers un univers fragmenté, loin d’Œdipe et de ses complexes, un univers dominé par un clivage vertical et horizontal de mal et de bien conduisant à une dispersion terrible et chaotique, à l’opposé de la cohérence et de l’harmonie qui gèrent la disposition et le mouvement planétaires. Cette fragmentation-effritement, amène peu à peu l’humanité à la décomposition jusqu’à son extinction totale…

Comment alors l’amour unificateur que Freud a promu pourrait survivre dans un environnement parsemé d’épines mortelles éparpillées ?

Comment penser avec Freud le malaise de la civilisation lorsqu’elle agonise ?

Comment mener avec lui la procédure du lever du refoulement comme voie de guérison névrotique, quand l’humanité entière souffre d’une libération démesurée d’instincts destructifs et sexuels ?

Une parcelle d’un être humain reflète la laideur de l’humanité entière au XXIe siècle et nous invite à revisiter toute la psychanalyse, ses pièges et complexes humains en miroir d’une société corrompue éthiquement et idéologiquement.

Une parcelle humaine résume la souffrance de toutes les guerres, de toutes les transactions au détriment de l’humanité de l’Homme, de son intellect et de sa sublimation.

Enfin, une parcelle humaine enterre la conscience morale de toute l’humanité extasiée d’un moi divinisé, reflétant son visage comme Narcisse dans les marécages de son suicide…

Une parcelle n’est rien d’autre qu’une agonie de la renaissance de l’espoir et d’un horizon prometteur.

On a promis à Freud de transmettre le flambeau de la révélation d’un inconscient qui vole les rêves humains et les enterre dans une récurrence fatale.

Nous projetions un brillant lendemain de relations saines bâtissant un univers avec une nouvelle conscience humaine.

Nous pensions que le rêve était possible, mais le rêve s’est avéré une illusion, et l’analyste une parcelle d’analyse …

Wafica Abou Habib Kallassi

(18-10-2020, traduit de l’arabe)

En savoir plus

La COVID 19 circule toujours !

27.09.2020

La COVID 19 circule toujours !

Nous continuons tous, patients, thérapeutes, …  à observer les mesures sanitaires : lavage des mains, port du masque, distanciation physique, utilisation des visioconférences, téléphone, … Ces mesures doivent être adaptées à chaque situation (thérapeutique, formation, séminaires, …)  et à chaque moment.
La salle de la Maison de la Société Belge de Psychanalyse est équipée pour combiner de façon mixte la présence en personne et la présence derrière les écrans zoom. Renseignez-vous auprès des organisateurs de chaque événement sur les dispositions particulières prises et les modalités de participation.

En savoir plus

Le Traumatique – Valence – du 27 au 30 mai 2021 – Les inscriptions sont ouvertes

Le traumatique

La commission de formation de l’Association Européenne de Psychopathologie de l’Enfant et l’Adolescent (’AEPEA-Europe) organise son premier séminaire européen d’approfondissement résidentiel  à Valence du 27 au 30 mai 2021 sur le thème « Le TRAUMATIQUE« .

Ce séminaire, qui s’étend sur trois jours, est limité à un nombre de participants de 50 personnes. Il est destiné à des professionnels qui ont déjà un parcours de formation derrière eux et souhaitent approfondir celui-ci. Selon les activités, ils prendront aussi en compte comme une richesse la possibilité d’échanges en plusieurs langues (Français, Espagnol, Italien).

ARGUMENT

Comment revisiter le « traumatique » dans nos cliniques actuelles en rassemblant les nouvelles connaissances que nous avons à ce sujet et en tenant compte de ce que la psychanalyse contemporaine permet d’interroger en termes de fonctionnements psychiques et de ressentis du sujet soumis au traumatique.

Le traumatique, selon Bokanowski (2002), représente à la fois l’irruption subite d’angoisse dans l’appareil psychique et la mise en place d’un type de fonctionnement particulier dont les effets se font ressentir par le sujet.

La spécificité de l’approche psychanalytique consiste dès lors dans l’approche de la dimension subjective et intrapsychique, aussi bien lorsque l’événement extérieur suscite les débordements d’angoisse et d ́excitation, que dans les circonstances où les irruptions internes ne trouvent pas d’appui dans l’environnement pour les contenir et leur assurer un destin constructif.

Ce modèle de compréhension, entre autres, peut être un modèle qui permet de réfléchir à l’adaptation des différentes approches thérapeutiques aux besoins essentiels de contenance et de mise en sens pour des individus effractés par le ou les traumatismes et submergés par l’angoisse.

Le monde contemporain, la situation géo-politique mondiale, la clinique des premiers liens parents-bébé, les progrès de la médecine, et bien d’autres évolutions actuelles nous amènent à rencontrer de nombreux enfants, adolescents et familles soumis aux traumatismes de l’immigration, de la violence, de la maladie, de l’abandon, de la séparation, d’une pandémie…

Comment notre position d’écoute psychothérapeutique peut-elle permettre d’ouvrir ce champ clinique infiniment délicat? Comment garder une ouverture plurifactorielle et pluridisciplinaire pour écouter le traumatique ? Comment en tant que psychothérapeute travailler dans ce champ clinique sans être nous-même pris dans des processus de déliaison de la pensée? Comment adapter notre dispositif aux différents âges de l’enfant et de l’adolescent?

En partant de notre pratique clinique, de ses représentations par des medias variés, de nos conceptions théoriques du traumatique, nous nous proposons d’approfondir ces questions sensibles qui constituent une voie pour penser certains aspects essentiels de la réalité psychique et de la relation thérapeutique, comme par exemple l’après-coup . 

Ce thème sera décliné au fil des trois jours lors de travaux en petits groupes et de séances plénières avec tous les participants.

Ce séminaire aura lieu dans une abbaye à 10 minutes de Valencia (Espagne) qui permet le logement en chambre individuelle et éventuellement en chambre double si la situation le permet, avec les repas inclus, toutes les activités se tiendront sur place.

Nous recevons les inscriptions dès à présent, attendues en tous cas avant la fin du mois de décembre 2020.

Les modalités d’inscription sont reprises dans le programme du séminaire (ci-joint)

En savoir plus

Esther Bick – INFANT OBSERVATIE OPLEIDING – FORMATION A L’OBSERVATION DU NOURRISSON

28.08.2020

Twee nieuwe opleidingscycli worden georganiseerd in 2020/2022 – Deux nouveaux cycles de formation se mettent en place pour 2020/2022.

Deux nouveaux cycles de formation se mettent en place pour 2020/2022.
Ils sont organisés par Christine Franckx (en néerlandais) et Eveline Ego (en français), toutes deux formatrices à l’Observation selon Esther Bick et psychanalystes, membres de la SBP.

Cette formation permet non seulement d’approcher la naissance et le développement de la vie psychique et émotionnelle de l’enfant au travers de ses relations précoces, mais aussi de faire l’apprentissage de l’observation du langage non-verbal et de vivre une expérience d’accueil émotionnel analytique.

Pour plus d’information contacter

Twee nieuwe opleidingscycli worden georganiseerd in 2020/2022

Ze worden georganiseerd door Eveline Ego (in het Frans) en Christine Franckx (in het Nederlands). Beide zijn opleiders in Infant Observatie volgens Esther Bick en psychoanalytici, leden van de BVP.

Deze opleiding stelt in staat van de geboorte en ontwikkeling van het psychische en emotionele leven van het jonge kind binnen de eerste relaties van dichtbij te volgen. Bovendien leert men de non-verbale taal te observeren en kan men een ervaring opdoen van emotionele ontvankelijkheid volgens het psychoanalytische model.

Voor meer informatie, contacteer

En savoir plus

Dixième édition de e-journal « Psychanalyse et culture politique contemporaine »

04.06.2020

Editorial    

Chantal Duchêne-González, 23 avril 2020
Voici le numéro 10 de Psychoanalysis.Todayconsacré à la psychanalyse et à la politique contemporaine. Cela nous a paru important d’aborder ce thème un siècle après que Freud, dansPsychologie des masses et analyse du moi, élargissait le champ de la psychanalyse au collectif et introduisait une clinique inconsciente du lien social. Plus

En savoir plus

Covid 19 – Des psychanalystes offrent une aide spécifique.

30.03.2020

Estimant que le prix ne doit en aucun cas être un obstacle pour recevoir une écoute appropriée, les psychanalystes ci-dessous vous proposent trois séances en visioconférence ou par téléphone (selon les modalités propres à chaque analyste) avec des honoraires adaptés à votre situation financière.
(Voir liste des psychanalystes inscrits pour cette offre sur « En savoir plus »)

 

Voici, ci-dessous, la liste des psychanalystes :

Sylvian Baert (1050) 0474 49 29 37
Thierry Bastin (1400) 0478 01 75 68 ou 067 21 09 27
Katy Bogliatto (1410) 02 351 37 24
Edith Creplet (1190) 02 649 84 88
Carine De Buck (1050) 0473 584 364
Jeannine Delgouffre (1150) 02 771 97 66 ou 0474 55 86 10
Claire De Vriendt-Goldman (1180) 0486 65 09 38
Liliane Dirkx (1180) 02 375 2378
Marie France Dispaux (1330) 02 653 34 94
Christophe du Bled (1170) 02 675 77 36
Rose-Anne Ducarme (1180) 02 375 23 06 ou 0473 53 15 04
Marie-Paule Durieux (1410) 02 351 26 30
Eveline Ego (1380) 02 354 57 81
Blandine Faoro Kreit (1950) 0475 91 70 29
Christel Flavigny-Le Corre (1180) 0492 17 17 09
Christine Franckx (2020) 0474 130 847
Jacqueline Godfrind (1200) 02 734 77 48
Denis Hirsch (1180) 0478 321 008
Jacqueline Janssens (1170) 0478 29 18 16
Marie-Thérèse Kastl (1050) 0478 48 66 82
Sylvie Kockelmeyer (1050) 0476 66 59 39
Isabelle Lafarge (1150) 0497 94 26 97
Arlette Lecoq (4000) 04 252 30 43
Monique Licot (4000) 04 224 23 18
Annick Pairon (1180) 0477 24 22 99
Diana Messina Pizzuti (1180) 02 374 15 33
Anouk Meurrens (1300) 0486 79 20 64
Nicole Minazio (1180) 0477 57 30 53
Camille Montauti (1180) 0478 56 60 37
Pierre Paduart (1050) 0491 08 80 28
Theresa Spadotto-De Schutter (1050) 0474 25 71 16
Marianne Van Bourgonie (1640) 0475 96 32 13
Catty Vandeskelde (1342) 010 41 96 73
Muriel Van Thiel (1200) 0476 98 38 09

En savoir plus

Overlijden van Dr. Jean TREBITSCH

08.03.2020

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès de notre collègue Jean TREBITSCH. Le Dr Jean Trebitsch nous a quitté le 12 février dernier à l’âge de 80 ans.

Nous pensons chaleureusement à sa famille, son entourage et tous ceux qui l’ont connu en tant que collègue, analysant, … et à qui nous présentons nos sincères condoléances.

Nous ne manquerons pas de lui rendre hommage, dès que possible sur ce site, avec plus de précisions sur son parcours à nos côtés.

En savoir plus

Le DSM remis en question ! Une belle éclaircie dans le ciel sombre de la Santé Mentale en Belgique !

05.03.2020

Le DSM remis en question !

Une belle éclaircie dans le ciel sombre de la Santé Mentale en Belgique !

La Société Belge de Psychanalyse se réjouit de la remise en question par le Conseil Supérieur de la Santé (CSS), de l’utilisation du DSM et du CIM, comme outils de référence pour le diagnostic et la planification du traitement des personnes en souffrance psychique.

Ces outils de « classification », nous dit le CSS[i], « ne permettent pas de comprendre les symptômes ni de connaître les besoins de prise en charge ou le pronostic », et à eux d’ajouter « qu’il est plus utile de comprendre la combinaison de facteurs causant et maintenant des symptômes chez un patient que d’identifier une catégorie ».

Le CSS remet ainsi au centre de la préoccupation de tout praticien en Santé Mentale, la singularité de la souffrance psychique de chaque humain et chaque patient, l’importance du sens de ses symptômes et de l’impact éventuel de son environnement. En cela, nous ne pouvons que nous réjouir de cette prise de position.

Les outils tels que le DSM, ont été utilisés pendant longtemps dans l’intention de donner aux troubles mentaux une place scientifiquement similaire à celle d’autres troubles et de permettre ainsi une politique gestionnaire et financière équivalente.

Entre-temps, les études ont montré les effets néfastes de l’utilisation du DSM dans le domaine des soins en santé mentale.

Avec la décision du CSS de remettre en question cette utilisation, nous revenons à la nécessité d’une approche de la souffrance humaine dans toute sa complexité et privilégiant le processus individualisé plutôt que l’approche protocolaire.

En effet, l’accompagnement de la souffrance psychique demande une position bienveillante et un cadre adéquat permettant son expression libre sans crainte de jugement. Il sollicite aussi, chez le praticien, une écoute bien outillée théoriquement et une capacité interne à accueillir toute souffrance mentale.

C’est notamment ainsi que la SBP conçoit la formation analytique qu’elle dispense

Nous devons continuer à nous mobiliser pour défendre cet espace de pensée individualisé indispensable à un accompagnement de qualité. Le système actuel des soins de santé mentale en Belgique est encore infiltré de toutes parts par cette ancienne vision, hyper protocolée, mettant les patients et leurs réels besoins au second plan, et les praticiens dans un dilemme éthique, partagés entre les prescriptions administratives qui leur sont imposées et leur souci professionnel de bien accompagner leurs patients. Les lobbys en faveur d’une psychologie et psychiatrie entrant dans cet ancien esprit managérial ne vont sans doute pas rester sans réaction. Mais la prise de position du CSS est une belle éclaircie encourageante dans ce ciel encore sombre.

Informations complémentaires :

 

 

 

 

 

En savoir plus

A propos du rapport du KCE sur « l’organisation des soins de santé mentale pour les adultes en Belgique »

26.10.2019

A propos du rapport du KCE sur « l’organisation des soins de santé mentale pour les adultes en Belgique » octobre 2019

Les professionnels du soin en santé mentale avaient été invités par le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE) à participer à une enquête en ligne début 2019. Le format rendait difficile voire impossible la réponse à des questions complexes. C’est pourquoi un petit groupe de psychanalystes a rencontré à la Maison de la SBP Patriek Mistiaen, le chercheur principal chargé de l’enquête, pour une discussion plus nuancée autour des thèmes proposés.

Nos interrogations concernant cette enquête se retrouvent dans les conclusions et dans certaines des recommandations du rapport. Celui-ci ne prend pas position sur les contenus et les formes que peut prendre le soin psychique. Il met en avant le manque de données précises et fiables sur les besoins en santé mentale ainsi que sur les possibilités de soin accessibles à la population.

La question de l’enregistrement de données épidémiologiques est ouverte, c’est une préoccupation constante des services de soin en santé mentale et elle nécessite aussi une mise au travail de la SBP si nous voulons que les soins psychanalytiques restent accessibles aux patients en institution comme en privé. La confidentialité est au cœur de nos préoccupations, l’utilisation de moyens numériques comme e-health met à mal l’éthique de notre travail et peut entraver les processus thérapeutiques pour nos patients. Comment garder la possibilité de travailler et développer la psychanalyse dans ce contexte sociétal qui favorise la souffrance psychique et qui rend cette pensée si nécessaire ?
Il est intéressant que ce rapport pointe la nécessité de continuité de soins, de temps de concertation, de nécessité de prendre en compte aussi le versant social sans trop formaliser une organisation rigide pour les soins en santé mentale. Mais en parcourant la liste des recommandations, c’est encore et toujours la nécessité du financement de ces soins qui est renvoyé aux décideurs politiques.

Pour en savoir plus allez sur la page https://kce.fgov.be/fr/organisation-des-soins-de-sant%C3%A9-mentale-pour-les-adultes-en-belgique

En savoir plus