La consultation de fratrie

Partager sur

Les ressources de la fratrie1 sont multiples et peuvent être mises à profit en cas de conflits graves ou de traumatismes au sein du groupe familial.

Le lien fraternel 2est le lien qui dure le plus longtemps pour chaque individu, de la naissance à la fin de vie. Les rivalités et conflits qui font nécessairement partie de celui-ci peuvent cohabiter avec des émotions tendres et des identifications multiples 3qui aident à la structuration de l’identité.

La consultation psychanalytique de fratrie4, par la parole qu’elle occasionne et libère pour chacun de ses membres, se révèle être un outil de croissance individuelle avec ses particularités propres.

L’appui sur des semblables, les frères, les sœurs, seules personnes autorisées à dévoiler ce qui se passe au sein de la famille, de la fratrie, permet à chacun de se réapproprier son histoire, et d’analyser sa place dans la famille et dans la fratrie qui influence nécessairement sa façon d’être au monde.

Etre reconnu dans sa souffrance5, briser le silence et l’isolement à l’intérieur de sa propre famille, partager ses peurs, ses peines, ses colères, ses déceptions tout autant que ses joies, ses plaisirs, ses espoirs, aide à retisser les liens fraternels et ouvre au déploiement psychique de chacun.

Le cadre thérapeutique est adapté à chaque situation. Les fratries peuvent être de tout âge (fratries d’enfants, fratries d’adolescents, fratries d’adultes). Si dans une fratrie, un enfant ou des enfants sont mineurs, l’accord parental est requis et un entretien avec les parents est demandé au préalable. La fréquence des séances, la durée de celles-ci, le nombre de thérapeutes, sont des points discutés au cas par cas.

BOURGUIGNON, O. 1999. Le fraternel, Paris, Dunod

BRUSSET, B. 2008,  » le lien fraternel et la Psychanalyse », revue française de psychanalyse, Frères et sœurs, t. LXXII, n°2, Paris, PUF.

VOIR site SBP www.psychoanalyse.be/Public/, Séminaires du mercredi , 31 janvier 2018, « Si ce n’est toi c’est donc ton frère » – l’identification fraternelle et groupale.

FAORO-KREIT, B. 2011, Les enfants et l’alcoolisme parental- La question de la transmission et l’apport de la fratrie comme modèle thérapeutique, <Erès, Toulouse.