Colloque 2023 Jean Laplanche

9e colloque externe

Colloques externes

Partager sur

Pourquoi Laplanche aujourd’hui ?
De la théorie à la clinique actuelle

Télécharger le programme en pdf

Selon la tradition de nos colloques externes, qui consiste à discuter de l’œuvre d’un analyste reconnu pour sa contribution à la psychanalyse contemporaine, nous avons choisi de mettre en lumière celle de Jean Laplanche.

Jean Laplanche est né le 21 juin 1924 à Paris et est décédé le 6 mai 2012 à Beaune.

Philosophe de formation, psychiatre, psychanalyste et membre fondateur de l’Association Psychanalytique de France, il s’est imposé comme un grand théoricien fidèle aux conceptions freudiennes.

Dans l’histoire de la psychanalyse, son apport principal consiste en la théorie de la séduction généralisée (Nouveaux fondements pour la psychanalyse, 1987). Le Vocabulaire de la psychanalyse, édité en 1967 par Jean Laplanche et J.-B. Pontalis, reste l’un des principaux ouvrages de référence en psychanalyse.

Jean Laplanche s’est consacré à l’enseignement et à la recherche de la psychanalyse. Ses cours sont rassemblés dans les sept volumes des Problématiques (1980 – 2006). Outre ses activités éditoriales aux Presses Universitaires de France et son engagement dans l’institution psychanalytique française et internationale, Jean Laplanche fut le traducteur de nombreux textes de Freud et le directeur scientifique de la traduction française des Œuvres Complètes de Freud (OCFP) aux PUF.

Lors du colloque, quelques grands thèmes de son œuvre seront abordés, comme le sexuel élargi en psychanalyse, la théorie de la séduction généralisée, les fantasmes, le décentrement psychique, le transfert en plein versus le transfert en creux.

Dans les ateliers, les analystes de la Société Belge de Psychanalyse présenteront leur clinique en lien avec les thèmes principaux de Laplanche et de ses successeurs.

Dr Marc Hebbrecht, Président
Dr Katy Bogliatto, Secrétaire scientifique

 

PROGRAMME

9h00-9h30 : Introduction à l’œuvre, Dr Marc Hebbrecht, Président SBP.

9h30-10h00 : « Quand la question de la pulsion déchaine les passions », Mme Marie-France Dispaux-Ducloux, membre titulaire SBP.

Depuis Vie et mort en psychanalyse, Jean Laplanche approfondit la question de la pulsion dans l’œuvre de Freud, chemin faisant, il va aboutir dans les nouveaux fondements pour la psychanalyse à sa théorie de la séduction généralisée, en 1987, suivi de la révolution copernicienne inachevée. Quelques années plus tard, dans son livre Les chaînes d’éros, André Green fait une critique sévère de l’abandon de la force pulsionnelle par Laplanche. S’ensuit un échange passionné entre ces deux grandes figures de la psychanalyse française qui aboutit à une rupture entre les deux hommes… qui ne sera que momentanée. Nous tenterons de cerner l’enjeu de cette opposition pour la théorie et la clinique psychanalytique d’aujourd’hui.

10h00- 10h30 : « ‘Sous la peau’, les traces et l’énigme de la séduction », Dr Claire De Vriendt-Goldman, membre titulaire SBP.

Laplanche, en postulant la situation anthropologique fondamentale de séduction originaire généralisée, a conçu un modèle dans lequel la mère (l’adulte) implante, dès le début, aux frontières psychocorporelles de l’infans, des messages préconscients/conscients qui ont la particularité de receler un élément énigmatique, compromis par son monde sexuel inconscient, refoulé et enclavé. L’enveloppe messagère, spécifique à chaque parent, est imprégnée de l’histoire propre de celui-ci, de ses développements préconscients et de ses modalités de transmission des outils de traduction à l’enfant. Ainsi la psyché de l’infans s’animera non seulement à partir des formes “mytho-symboliques”, ces traces spécifiques héritées des parents et des générations précédentes, et à partir de l’énigme, trace non traduite du sexual maternel. Lors d’une reviviscence de l’expérience, cette inscription première « sous la peau » pourra alors être saisie par l’appareil de traduction afin d’être intégré dans la maille psychique. Deux illustrations cliniques, à la fois chez le bébé et chez l’adulte, pisteront la trace de l’énigme dans la transmission messagère et sa possible transformation dans un environnement traducteur.

11h00-11h30 : « Jean Laplanche, un héritage fécond », Dr Arlette Lecoq, membre titulaire SBP.

La théorie rigoureuse de Jean Laplanche a été suivie de nombreuses ouvertures conceptuelles. Je vous parlerai des développements contemporains de Dominique Scarfone et de Christophe Dejours.

11h30-12h15 : Échange avec la salle, Mme Marie-France Dispaux-Ducloux, Dr Claire De Vriendt-Goldman, Dr Arlette Lecoq. Modérateur : Dr Marc Hebbrecht.

14h00-15h30 : Ateliers

Atelier 1 : « Psychanalyse et travail : du pain sur Laplanche », Animé par Mme Eveline Ego et Mme Géraldine Castiau.

Christophe Dejours, contemporain de Jean Laplanche, a développé la théorie psychanalytique du côté de l’observation du rapport psychique au travail. C’est la théorie de la double centralité. Nous tenterons de développer brièvement les apports de Laplanche à la théorie de Dejours que nous illustrerons par la clinique. Peut-être pourrons-nous aussi tenter de faire des liens avec d’autres approches (postfreudiennes et même post-bioniennes) afin de déployer cette métapsychologie d’une grande actualité.

Atelier 2 : « A l’écoute des messages énigmatiques dans les relations précoces parents-bébés », Animé par Dr Marie-Paule Durieux et Dr Katy Bogliatto.

Dans cet atelier, nous aborderons les différentes manifestations fantasmatiques liées aux questions fondamentales « de l’énigme de l’origine de la vie et du donner la vie » auquel chaque parent est confronté au moment de son accession à la parentalité et leur impact sur le développement psychique du bébé. Nous discuterons à travers deux vignettes cliniques, les notions d’amour primaire, d’attachement et de sexualité de même que les résonnances chez les parents et chez le bébé du possible travail de traduction et d’élaboration.

Atelier 3 : « Fantasmer avec Laplanche », Animé par Mme Jacqueline Godfrind et Mme Blandine Faoro-Kreit.

C’est l’article « Fantasme originaire, fantasme des origines, origine du fantasme » (Jean Laplanche et J.B. Pontalis « Les temps modernes », 1964) qui nous servira d’appui pour fantasmer ensemble. Cette promenade au pays du fantasme nous le fait découvrir bien plus insaisissable qu’il n’y parait. L’usage banalisé que nous en faisons occulte bien souvent l’ambiguïté de ce concept dont la définition reste polyvalente. La distinction entre fantasme et réalité est restée pour Freud un objet de recherche sur lequel il n’a cessé de revenir. Interrogation qui est toujours sollicitée dans la clinique actuelle du traumatisme. Qu’est-ce donc que le fantasme ? Quelles sont ses origines ? A quoi sert – il ? Peut-on vivre sans fantasmes ? … Autant de questions que nous essaierons d’approcher dans la clinique à travers des vignettes cliniques.

Atelier Néerlandophone 4 – Nederlandstalige workshop 4 :  Verwarrende verleidingWorkshop geleid door/Animé par Dr Marc Hebbrecht et Dr Grete Waelbers.

Laplanche laat ons zien dat Freud niet de vader verantwoordelijk acht voor het binnenbrengen van de seksualiteit in het kind.  Vooral de moeder (naast andere verzorgsters) wekt lustvolle ervaringen o.a. tijdens de verzorging waarbij de erogene zones van het kind worden geprikkeld. Moeder implanteert onbewust gevoelens en sensaties die met haar seksuele geschiedenis te maken hebben. Haar lichamelijke omgang met het kind is doordrongen van seksuele betekenis. Het kind kan nog niet vatten wat al op heel jonge leeftijd seksueel wordt doorgegeven. Het raakt hierdoor in verwarring en voelt zich geplaatst voor een raadsel. Deze raadselachtige verwarring wordt pas later betekenisvol en zal mede bepalen hoe aan de eigen lichamelijkheid en seksualiteit gestalte wordt gegeven.

In deze (Nederlandstalige) workshop, vertrekken we van een droom waarover de groep verder kan associëren. Na de groepsbespreking wordt ingegaan op de casus van een analyse. De deelnemers kunnen eigen gedachten en ervaringen inbrengen. De inleiders zullen o.a. de link maken met de theorieën van Laplanche.

Atelier Bilingue Francophone et Néerlandophone 5 – Tweetalig Frans en Nederlandstalige workshop 5: Het enigma van de seksualiteitWorkshop geleid door/Animé par Mme Trui Missinne, Mme Martine Lambrechts et Prof. Dr Rudi Vermote.

Tegen de achtergrond van de lezingen op de studiedag over het werk van Laplanche, benaderen we het enigma van de seksualiteit. De hulpeloosheid van de baby die van in de baarmoeder al tekens van seksuele excitatie vertoont. De drijfveer van de soort die ons overstijgt en terugwerpt. Een noodzakelijke on(be)grijpbare verleiding in de handelingen, blikken en woorden van de omgeving, moeder.  Moeder: holding, containing – gevaarlijk? Vader: bevrijder of verstoorder? Het zijn maar enkele vragen.

We benaderen het enigma van de seksualiteit via de ‘psychoanalytische methode’. We vertrekken van een droom die Martine brengt zonder de achtergrond te kennen. Hoe is het ‘infantiele seksuele’ aanwezig? We associëren als groep en zien wat er intuïtief naar voor komt. Om de ervaring van het enigma en de band met Lapanche te versterken werken we bij voorkeur vanuit een gemengde groep qua moedertaal: Vlaams-Nederlands, Frans, Nederlands.

Nous abordons l’énigme de la sexualité avec en arrière fond les conférences de l’avant midi sur l’œuvre de Laplanche. L’impuissance du bébé qui montre déjà des signes d’excitation sexuelle in utéro. La pulsion de l’espèce, qui transcende pour toujours la compréhension. Puis la tentation nécessaire et énigmatique dans les actions, les regards et les paroles de l’environnement, de la mère.  La mère : holding, containment – dangereuse ? Le père : libérateur ou perturbateur ? Ce ne sont là que quelques questions.

Nous abordons l’énigme de la sexualité par la ‘méthode psychanalytique’. Nous partons d’un rêve que Martine apporte sans en connaître le contexte. En quoi la ‘sexualité infantile’ se présente-elle à nous ? Nous associons librement en tant que groupe et voyons ce qui émerge intuitivement. Pour renforcer l’expérience de l’énigme et le lien avec Laplanche, nous préférons travailler à partir d’un groupe mixte en termes de langue maternelle : néerlandais-flamand, français, néerlandais.

15h45-16h00 : Quelques mots pour conclure, Dr Katy Bogliatto, Secrétaire scientifique SBP et Clôture de la journée, Dr Marc Hebbrecht, Président de la SBP. 

07/10/2023


This site is registered on wpml.org as a development site. Switch to a production site key to remove this banner.