20/03/2019 : La procréation, le bébé, les parents et le psychanalyste aujourd’hui

2019

Delen op

Séminaire du Mercredi 20 mars 2019
Avec Katy Bogliatto, Claire De Vriendt-Goldman et Muriel Rozenberg

La périnatalité abordée par le vertex de la PMA et plus particulièrement: la conception par don (d’ovocytes ou de sperme).

Les trajectoires de la reproduction, et de la procréation sont interrogées, pensées et étudiées depuis la nuit des temps, tant sur le plan biologique que psychique, mais également sur le plan culturel et anthropologique.

Depuis une cinquantaine d’années, la technologie de la procréation médicalement assistée à fortement évolué ouvrant l’accès à la parentalité à un nombre de plus en plus important d’hommes et de femmes.

Conjointement à l’évolution de la technologie et des sciences, de nouvelles structures familiales se rencontrent : famille monoparentale (maman ou papa solo), co-parentalité, famille homoparentale avec ou sans recours à la Grossesse Pour Autrui où la transmission biologique et corporelle ne sont plus nécessairement liées.

Les scènes fantasmatiques infantiles et imaginaires originaires à la parentalité des futurs parents seront mises en tension et en conflit quand un recours au don de gamète s’avère nécessaire. Travail psychique complexe, douloureux, accompagnant et se greffant sur celui de la douleur de la blessure intense que représente l’infertilité, le deuil de la fertilité, et cela quelle qu’en soit l’origine.

La position contre-transférentielle “sans mémoire et sans désir” – préconisée W.R. Bion, non synonyme de « sans éthique », ni « sans responsabilité humaine » adoptée ici par l’analyste ou le thérapeute durant les entretiens avec les patients dans un service de PMA permet de rencontrer les patients au plus près de leurs mouvements psychiques intrasubjectifs, intersubjectifs et familiaux favorisant la pensée et la symbolisation, terreau d’accueil au futur enfant.

Résumé par Sylviane Baert

Note sur l’Echelle d’Evaluation de Brazelton

L’Echelle d’évaluation du comportement néonatal du nourrisson, créé par T.B.Brazelron est une méthode interactive qui apprécie les réponses spécifiques du bébé à un crescendo de stimulations. Son utilisation, dans le cadre des prises en charge psychothérapeutiques parents-bébé, dépasse cette fonction appréciative. Le Brazelton, pratiqué en présence des parents, devient un média qui centre l’observation sur les compétences et les vulnérabilités du bébé, en lien avec le monde extérieur, et qui permet aux parents d’exprimer librement, sans contrainte directe, ce que la présence nouvelle de leur bébé vient solliciter ou bouleverser en eux.
Le Brazelton apparaît dès lors comme une scène psychique particulière où les interactions de l’examinateur avec le bébé mettent en valeur des aspects sensori-moteurs et émotionnels caractéristiques de celui-ci, tout en mobilisant chez les parents des associations de pensées, des souvenirs, des fantasmes, des désirs et des angoisses, des sentiments et des sensations, qui étoffent et dynamisent leur rencontre particulière avec ce bébé-là.
Le Brazelton est proposé systématiquement aux parents de bébés nés prématurément avant la 32ème semaine d’âge gestationnel ou pesant moins de 1,5 kg ; il est également prescrit dans les situations où la rencontre Mère-Père-Bébé est à risque de troubles de l’investissement affectif, à cause de défaillances, physiques ou psychiques, dans le chef du bébé ou des parents.
La situation clinique, déployée à l’occasion de ce séminaire, met en scène un bébé né prématurément dont la naissance a explosé la crypte mélancolique de sa mère, endeuillée de mère depuis son enfance. Le Brazelton, que j’ai réalisé dans l’ignorance de l’histoire personnelle de la mère, va me permettre de la révéler par une discordance observée entre les réponses sensori-motrices et relationnelles du bébé. Cette observation va ouvrir l’accès à la partie de vie forclose de la psyché maternelle, ce qui délestera les projections maternelles de leur charge mortifère sur le bébé.

Résumé par Claire Devriendt-Goldman

Katy Bogliatto, Claire De Vriendt-Goldman, Muriel Rozenberg