Toni Erdmann

un film réalisé par Maren Ade (2016)

Films

Partager sur

C’est un film très personnel, très original, à la fois touchant, dérangeant et décalé. Un père rejoint sa fille qui travaille en Roumanie pour lui faire une surprise à l’occasion de son anniversaire. Il est professeur de piano dans une petite école en Allemagne, marginal, un peu raté ; il exprime sa révolte et son malaise à travers des blagues continuelles, absurdes, souvent pas drôles, presque grotesques ; elle est une «
executive women
» très efficace et apparemment sans états d’âme qui travaille dans une boîte de consultance pour les grands patrons ; elle traite, au moment où son père arrive, un problème délicat de délocalisation.

 

 

Ces retrouvailles seront pour tous les deux un choc psychique déstabilisateur. Ce film utilise la dérision et distille de manière continue, à bas-bruit, des notes grinçantes mais il ne tombe pas dans le cynisme et reste profondément humain. Il offre un regard réflexif sur certains aspects des dysfonctionnements et de la folie de notre société, intriqué au dévoilement progressif par petites touches de la psychologie des personnages du père et de la fille et de leurs relations. Lui cache sa douleur et son mal-être et à la fois les figure dans ses déguisements et jeux de rôle absurdes. Elle veut s’intégrer à tout prix dans cette société superficielle et cruellement compétitive au prix de se couper radicalement de sa vie émotionnelle. Elle ne peut s’engager dans aucune relation ; elle ne peut être que spectatrice comme dans cette terrible scène avec son amant qu’elle veut seulement regarder se masturber sans se laisser pénétrer. Une autre scène, très émouvante, soulève un coin du voile sur leur histoire œdipienne : elle se laisse entrainer par son père à chanter en public alors qu’il l’accompagne au piano, sans doute comme au temps de son enfance ; le contrôle serré qu’elle exerce sur sa vie affective vole en éclat et elle se met progressivement à chanter avec beaucoup de chaleur et d’ardeur dans un climat de grande complicité, puis s’enfuit. Il s’agit d’un moment de rencontre très fort qui va faire s’effriter les défenses du père et de la fille. Mais je ne veux pas déflorer plus avant ce film en dévoilant la suite.

J’espère ne pas avoir enfermé cette œuvre foisonnante et complexe dans la vision et la compréhension qui sont les miennes mais avoir suscité l’envie de la découvrir dans toute sa richesse.

Maire-Paul Durieux

25/09/2016