Place des symbioses dans le fonctionnement mental et dans les fonctionnements groupaux et sociétaux

Jean-Paul Matot

Forum psychanalyse et perspective écosystémique Psychanalyse et transformations sociales

Partager sur

Argument en vue de la mise en place de deux séminaires théorico-cliniques en 2025

 

Ce séminaire s’inscrit dans le fil d’une réflexion sur l’entrée de l’Anthropocène dans nos existences individuelles et collectives. Le concept d’anthropocène est défini ici comme mouvement de prise de conscience par les sociétés humaines des bouleversements écosystémiques produits par leurs modes d’organisations politiques, de développements économiques, et de fondements ontologiques.

Les éléments principaux de cette réflexion ont été réunis dans trois livres publiés précédemment – L’Homme décontenancé (2019), Le Soi Disséminé (2020), De l’informe aux configurations psychiques (2022) – ; ils sont repris sous d’autres angles dans un livre à paraître, Eléments de psychanalyse terrienne (2022), qui est construit à partir de deux thèses.

La première, c’est que la psychanalyse, comme méthode de compréhension des mouvements, des souffrances et des ressources psychiques individuel.le.s, a permis, dans les trois premiers quarts du 20è siècle, le développement d’une variété de pratiques et de dispositifs de soins individuels, familiaux, groupaux et institutionnels ; ceux-ci ont généré des modèles du fonctionnement mental dont la plupart ont prolongé, précisé, élargi et enrichi les fondements de la métapsychologie freudienne, et ont également influencé de manière significative l’évolution des valeurs au sein des sociétés occidentales jusqu’aux années 1970. Depuis, la psychanalyse est confrontée à une désaffection progressive qui reflète la distance croissante entre son image et les réalités sociales. Il est intéressant de relever la coïncidence de ce moment charnière avec l’apparition, étouffée par les médias, les opinions et les pouvoirs publics, des premiers travaux « modernes » (rapport « Meadows », livre du psychanalyste Harold Searles) sur ce qui allait progressivement être reconnu d’abord comme « crise », puis comme bouleversement écosystémique global.

Je fais l’hypothèse que cette distance résulte d’un décalage progressif des théories, mais de ce fait également des pratiques, de la psychanalyse, au regard de la fragilisation de rapports à soi et au monde affectés par la difficulté d’intégrer la complexité, dans un contexte de perte de confiance dans la fiabilité et la légitimité des structures politiques et économiques.

La seconde thèse, c’est que, dans le même temps, les avancées des connaissances mais aussi de la pensée critique ont été notables dans la plupart des domaines scientifiques, même si elles peinent à mettre l’humanité sur la voie des changements de paradigmes économiques et démocratiques requis par l’irruption du vivant et des systèmes-Terre dans l’Anthropocène. Ces avancées elles-mêmes font apparaître la nécessité de réunir différents champs de savoirs et d’expériences pour aborder la complexité des enjeux ontologiques auxquels nous confrontent les bouleversements  écosystémiques que les sociétés humaines ont initiés mais qui leur échappent désormais en grande partie.

Mes réflexions interrogent les raisons pour lesquelles la psychanalyse n’a pas développé, au cours du demi-siècle écoulé, et notamment à la suite du livre pionnier de H. Searles (1960), des réflexions utiles à la compréhension de l’impasse dans laquelle l‘humanité était conduite par ses modes d’organisations politiques et économiques ? Les directions dans lesquelles je me suis aventuré font apparaître trois résistances majeures à l’adaptation des théories et des pratiques de la psychanalyse : le postulat d’une réalité psychique, interne, objet de la psychanalyse, distincte d’une réalité matérielle, externe, qui se situerait hors de son champ de pertinence ; la tendance forte à privilégier les oppositions binaires et les fonctions de synthèse, au détriment de la métastabilité des dynamiques multiples ; et la réticence à concevoir le vivant comme jeu entre l’indétermination et les différenciations.

Deux voies d’approfondissement de ces prémisses me semblent s’être précisées, l’une théorico-clinique, l’autre « politique ». Toutes deux me semblent pouvoir être éclairées par ce que nous pourrions appeler « l’hypothèse symbiotique » de la psychanalyse.

Mon livre à paraître introduit cette perspective à partir des travaux de Bleger publiés dans son livre Symbiose et ambiguïté, qui posent les bases d’une théorie symbiotique du développement psychique, des liens groupaux, mais aussi d’une théorie des fonctionnements et organisations sociales. La place des symbioses a été identifiée en biologie dès la fin du 19è siècle, mais n’a été pleinement reconnue comme complémentaire de la sélection adaptative darwinienne dans l’évolution du vivant qu’à la fin du 20è siècle, y compris chez l’humain. Il n’est donc pas sans intérêt de voir dans quelle mesure une théorie du fonctionnement psychique donnant davantage de place aux symbioses pourrait, elle aussi, constituer un nouveau paradigme pour la psychanalyse.

Au niveau d’une théorie de la clinique, l’hypothèse symbiotique propose une voie processuelle nouvelle pouvant rendre compte du passage entre un psychisme non-différencié et les différenciations. Elle permet de remettre les mécanismes de clivage – de même que la projection – à leur juste place, celle d’étapes – ou d’échecs – des transformations/différenciations progressives des symbioses. Dans cette perspective, tout clivage révèlerait la méconnaissance d’une symbiose.

Au niveau « politique », l’hypothèse symbiotique permettrait « l’entrée en politique » de la psychanalyse, en ouvrant une perspective nouvelle sur les processus d’emprise sociale sous-jacents aux oppressions, exploitations, assujettissements, conditionnements, qui viendrait préciser et généraliser, mais en les amendant partiellement, les hypothèses de J. Bleger sur le cadre ou de R. Kaës sur les alliances inconscientes.

This site is registered on wpml.org as a development site. Switch to a production site key to remove this banner.