• Toutes les parutions
    • 1 Automne 1982
    • 2 Printemps 1983
    • 3 Automne 1983
    • 4 Printemps 1984
    • 5 Automne 1984
    • 6 Printemps 1985
    • 7 Automne 1985
    • 8 Printemps 1986
    • 9 Automne 1986
    • 10 Printemps 1987
    • 11 Automne 1987
    • 12 Printemps 1988
    • 13 Automne 1988
    • 14 Printemps 1989
    • 15 Automne 1989
    • 16 Printemps 1990
    • 17 Automne 1990
    • 18 Printemps 1991
    • 19 Automne 1991
    • 20 Printemps 1992
    • 21 Automne 1992
    • 22 Printemps 1993
    • 23 Automne 1993
    • 24 Printemps 1994
    • 25 Automne 1994
    • 26 Printemps 1995
    • 27 Automne 1995
    • 28 Printemps 1996
    • 29 Automne 1996
    • 30 Printemps 1997
    • 31 Automne 1997
    • 32 Printemps 1998
    • 33 Automne 1998
    • 34 Printemps 1999
    • 35 Hommage à la pensée d'André Alsteens
      Automne 1999
    • 36 Printemps 2000
    • 37 Automne 2000
    • 38 Printemps 2001
    • 39 Automne 2001
    • 40 Printemps 2002
    • 41 Automne 2002
    • 42 Printemps 2003
    • 43 Automne 2003
    • 44 Printemps 2004
    • 45 Automne 2004
    • 46 Printemps 2005
    • 47 Automne 2005
    • 48 Printemps 2006
    • 49 Automne 2006
    • 50 Printemps 2007
    • 51 Automne 2007
    • 52 Printemps 2008
    • 53 Automne 2008
    • 54 Printemps 2009
    • 55 Automne 2009
    • 56 Printemps 2010
    • 57 Automne 2010
    • 58 Printemps 2011
    • 59 Automne 2011
    • 60 André Green : la psychanalyse en mouvement
      Printemps 2012
    • 61 Automne 2012
    • 62 Actualité de Melanie Klein
      Printemps 2013
    • 63 Débuter un processus psychanalytique / Jean Laplanche, l’inconnu du texte
      Automne 2013
    • 64 Donald Woods Winnicott : the Self made man
      Printemps 2014
    • 65 Automne 2014
    • 66 Penser le corps
      Printemps 2015
    • 67 Effets traumatiques et anti-traumatiques de l’écrit
      Automne 2015
    • 68 Printemps 2016
    • 69 Bion
      Automne 2016
    • 70 Déliaisons sociales et constructions identitaires
      Printemps 2017
    • 71 Internet, l’écrit et les psychanalystes
      Automne 2017
    • 72 Mauvais genre?
      Printemps 2018
    • 73 La destructivité, pulsion de mort, travail du négatif ?
      Automne 2018
    • 74 Passages et impasses identificatoires
      Printemps 2019
    • 75 Les pratiques psychanalytiques face aux nouvelles cliniques de l’enfance et de l’adolescence
      Automne 2019
    • 76 Le psychanalyste décontenancé ?
      Printemps 2020
    • 77 La question de la réalité, un nouveau tournant pour la psychanalyse ?
      Automne 2020

Argument

Les cliniciens sont de plus en plus fréquemment confrontés à des situations où les bébés, les enfants, les adolescents et les parents qu’ils reçoivent, au-delà ou en deçà de leurs psychopathologies éventuelles, vivent des situations de conflits ou d’insécurité, souvent au long cours, liées aux contextes socio-culturels. Les traumatismes collectifs ont un impact évident ; mais ce sont aussi les situations de précarité ou de pauvreté générées par l’exacerbation des fragilités individuelles face aux logiques politiques, managériales et individualistes qui sévissent à tous les niveaux de l’organisation sociale : familles isolées socialement ou déracinées, familles migrantes en situation illégale, familles vivant dans des conditions économiques difficiles … Ce sont aussi ces souffrances scolaires chroniques liées à une certaine inadéquation de l’enseignement : difficultés d’apprentissage, relations blessantes avec les enseignants ou les pairs, générant des sentiments de solitude, d’inadaptation, d’incapacité, qui obscurcissent ou parfois aveuglent les perspectives d’une existence désirable dans le monde.

Par ailleurs, on assiste à la multiplication des constellations familiales et à une certaine perte de repères ; les séparations parentales très fréquentes entrainent l’éclatement de la famille nucléaire et parfois des déchirements parentaux, avec ou sans troubles psychiatriques avérés, dans lesquels les enfants sont pris en otage ; les procréations médicalement assistées amènent d’autres configurations de la parentalité qui impliquent un travail de réflexion et d’élaboration.

Il s’agit à chaque fois de conflits particuliers et d’insécurités, entrant en résonnance avec une angoisse collective, plus ou moins reconnue ou déniée, face à un monde plus complexe, offrant moins de repères, et d’intelligibilité, où l’avenir des jeunes générations apparaît davantage incertain.

Le travail thérapeutique avec l’enfant, l’adolescent et ses parents doit-il être adapté à ces situations et ces contextes, et de quelles manières ? Les « outils » classiques des entretiens familiaux et des thérapies individuelles d’enfants et d’adolescents conservent-ils leur efficacité, ou bien doivent-ils être complétés ou adossés à des interventions et des dispositifs institutionnels assurant un « métacadre » pour les traitements ? Les cliniciens doivent-ils s’en préoccuper directement, ou collaborer avec d’autres professionnels, mais alors en s’appuyant sur quelle philosophie du soin psychique ? Quels repères théoriques la psychanalyse offre-t-elle pour avancer dans l’élaboration de ces questions ?