rbp - Revue Belge de Psychanalyse
  • Toutes les parutions
    • 1 Automne 1982
    • 2 Printemps 1983
    • 3 Automne 1983
    • 4 Printemps 1984
    • 5 Automne 1984
    • 6 Printemps 1985
    • 7 Automne 1985
    • 8 Printemps 1986
    • 9 Automne 1986
    • 10 Printemps 1987
    • 11 Automne 1987
    • 12 Printemps 1988
    • 13 Automne 1988
    • 14 Printemps 1989
    • 15 Automne 1989
    • 16 Printemps 1990
    • 17 Automne 1990
    • 18 Printemps 1991
    • 19 Automne 1991
    • 20 Printemps 1992
    • 21 Automne 1992
    • 22 Printemps 1993
    • 23 Automne 1993
    • 24 Printemps 1994
    • 25 Automne 1994
    • 26 Printemps 1995
    • 27 Automne 1995
    • 28 Printemps 1996
    • 29 Automne 1996
    • 30 Printemps 1997
    • 31 Automne 1997
    • 32 Printemps 1998
    • 33 Automne 1998
    • 34 Printemps 1999
    • 35 Hommage à la pensée d'André Alsteens
      Automne 1999
    • 36 Printemps 2000
    • 37 Automne 2000
    • 38 Printemps 2001
    • 39 Automne 2001
    • 40 Printemps 2002
    • 41 Automne 2002
    • 42 Printemps 2003
    • 43 Automne 2003
    • 44 Printemps 2004
    • 45 Automne 2004
    • 46 Printemps 2005
    • 47 Automne 2005
    • 48 Printemps 2006
    • 49 Automne 2006
    • 50 Printemps 2007
    • 51 Automne 2007
    • 52 Printemps 2008
    • 53 Automne 2008
    • 54 Printemps 2009
    • 55 Automne 2009
    • 56 Printemps 2010
    • 57 Automne 2010
    • 58 Printemps 2011
    • 59 Automne 2011
    • 60 André Green : la psychanalyse en mouvement
      Printemps 2012
    • 61 Automne 2012
    • 62 Actualité de Melanie Klein
      Printemps 2013
    • 63 Débuter un processus psychanalytique / Jean Laplanche, l’inconnu du texte
      Automne 2013
    • 64 Donald Woods Winnicott : the Self made man
      Printemps 2014
    • 65 Automne 2014
    • 66 Penser le corps
      Printemps 2015
    • 67 Effets traumatiques et anti-traumatiques de l’écrit
      Automne 2015
    • 68 Printemps 2016
    • 69 Bion
      Automne 2016
    • 70 Déliaisons sociales et constructions identitaires
      Printemps 2017
    • 71 Internet, l’écrit et les psychanalystes
      Automne 2017
    • 72 Mauvais genre?
      Printemps 2018
    • 73 La destructivité, pulsion de mort, travail du négatif ?
      Automne 2018
    • 74 Passages et impasses identificatoires
      Printemps 2019
    • 75 Les pratiques psychanalytiques face aux nouvelles cliniques de l’enfance et de l’adolescence
      Automne 2019
    • 76 Joyce McDougall, l'inconnu du Je
      Printemps 2020
    • 77 La question de la réalité, un nouveau tournant pour la psychanalyse ?
      Automne 2020
    • 78 Des psychanalystes dans la pandémie du COVID-19
      Printemps 2021
    • 79 Art et psychanalyse : jeu et créativité
      Automne 2021
    • 80 Sandor Ferenczi, pour rendre à César ce qui est à César…
      Printemps 2022
Editorial

Editorial : penser un fléau

Blandine Faoro-Kreit
« Métamorphose – réalisation », tel fut le titre du dernier éditorial de Jean-Paul Matot dans le numéro précédent de la revue. Voici deux mots qui, ainsi chevillés, interpellent. La métamorphose se présente étymologiquement comme la version grecque de transformation, qui suppose un changement de forme, de nature ou de structure. « Métamorphose de et dans la réalisation, réalisation de et dans la métamorphose » (p. 7). N’est-ce pas le propre de la psychanalyse que d’opérer de telles transformations ? N’est-ce pas aussi ce à quoi s’est attelé Jean-Paul Matot, avec grand succès, durant ces dix années de direction de la RBP ? Son vœu n’était-il pas que cette revue puisse nous transformer, auteur comme lecteur, dans cette exigence du penser, du traduire, du confronter, du créer pour s’approcher au plus près de notre essence même d’humain ? C’est cet héritage que je reçois et que je tenterai de poursuivre en prenant la direction de la revue. Position difficile que de reprendre ce flambeau tant l’exercice a été mené avec brio par Jean-Paul Matot et mes prédécesseurs. Je salue tout particulièrement Maurice Haber qui, il y a presque 40 ans, s’est lancé dans l’aventure de créer la Revue Belge de Psychanalyse. En m’inscrivant dans cette filiation, je désire poursuivre la transmission de la nécessité éthique du penser, écrire et partager. Plus que jamais, la situation pandémique que nous connaissons nous y invite. Toute personne, qu’elle le veuille ou non, s’est trouvée confrontée aux dangers, à l’insécurité, à l’atteinte de ses libertés, causés par l’irruption du Covid-19.Que peuvent en dire les psychanalystes dans la pratique de leur profession ? Les effractions externes du cadre, conséquences des précautions sanitaires obligatoires et nécessaires, atteignent autant le psychisme de l’analyste que celui du patient. Ce sont des éléments bruts qui attaquent la pensée et peuvent mener à des réactions de défense primaires, même si transitoires, chez l’un comme chez l’autre. […]

Lire la suite de l’éditorial