• Toutes les parutions
    • 1 Automne 1982
    • 2 Printemps 1983
    • 3 Automne 1983
    • 4 Printemps 1984
    • 5 Automne 1984
    • 6 Printemps 1985
    • 7 Automne 1985
    • 8 Printemps 1986
    • 9 Automne 1986
    • 10 Printemps 1987
    • 11 Automne 1987
    • 12 Printemps 1988
    • 13 Automne 1988
    • 14 Printemps 1989
    • 15 Automne 1989
    • 16 Printemps 1990
    • 17 Automne 1990
    • 18 Printemps 1991
    • 19 Automne 1991
    • 20 Printemps 1992
    • 21 Automne 1992
    • 22 Printemps 1993
    • 23 Automne 1993
    • 24 Printemps 1994
    • 25 Automne 1994
    • 26 Printemps 1995
    • 27 Automne 1995
    • 28 Printemps 1996
    • 29 Automne 1996
    • 30 Printemps 1997
    • 31 Automne 1997
    • 32 Printemps 1998
    • 33 Automne 1998
    • 34 Printemps 1999
    • 35 Hommage à la pensée d'André Alsteens
      Automne 1999
    • 36 Printemps 2000
    • 37 Automne 2000
    • 38 Printemps 2001
    • 39 Automne 2001
    • 40 Printemps 2002
    • 41 Automne 2002
    • 42 Printemps 2003
    • 43 Automne 2003
    • 44 Printemps 2004
    • 45 Automne 2004
    • 46 Printemps 2005
    • 47 Automne 2005
    • 48 Printemps 2006
    • 49 Automne 2006
    • 50 Printemps 2007
    • 51 Automne 2007
    • 52 Printemps 2008
    • 53 Automne 2008
    • 54 Printemps 2009
    • 55 Automne 2009
    • 56 Printemps 2010
    • 57 Automne 2010
    • 58 Printemps 2011
    • 59 Automne 2011
    • 60 André Green : la psychanalyse en mouvement
      Printemps 2012
    • 61 Automne 2012
    • 62 Actualité de Melanie Klein
      Printemps 2013
    • 63 Débuter un processus psychanalytique / Jean Laplanche, l’inconnu du texte
      Automne 2013
    • 64 Donald Woods Winnicott : the Self made man
      Printemps 2014
    • 65 Automne 2014
    • 66 Penser le corps
      Printemps 2015
    • 67 Effets traumatiques et anti-traumatiques de l’écrit
      Automne 2015
    • 68 Printemps 2016
    • 69 Bion
      Automne 2016
    • 70 Déliaisons sociales et constructions identitaires
      Printemps 2017
    • 71 Internet, l’écrit et les psychanalystes
      Automne 2017
    • 72 Mauvais genre?
      Printemps 2018
    • 73 La destructivité, pulsion de mort, travail du négatif ?
      Automne 2018
    • 74 Passages et impasses identificatoires
      Printemps 2019
    • 75 Les pratiques psychanalytiques face aux nouvelles cliniques de l’enfance et de l’adolescence
      Automne 2019
    • 76 Joyce McDougall, l'inconnu du Je
      Printemps 2020
    • 77 La question de la réalité, un nouveau tournant pour la psychanalyse ?
      Automne 2020
    • 78 Des psychanalystes dans la pandémie du COVID-19
      Printemps 2021
    • 79 Art et psychanalyse : jeu et créativité
      Automne 2021
    • 80 Sandor Ferenczi, pour rendre à César ce qui est à César…
      Printemps 2022

Partager sur

Art et Psychanalyse : jeu et créativité

Argument pour le numéro 79 à paraître en automne 2021

Le dernier colloque de la Revue Belge de Psychanalyse, « L’œuvre littéraire, un espace de jeu pour la psychanalyse ? » (octobre 2020), a repris l’idée, soutenue par le psychanalyste Pierre Bayard[1], de « produire du jeu » entre les théories implicites des œuvres littéraires et les théories de la psychanalyse pour qu’une confrontation avec des « possibles exclus » puisse advenir, et remettre au travail certaines théories psychanalytiques.

Nous proposons, dans ce numéro, de poursuivre le jeu et de l’étendre au-delà de l’œuvre littéraire. Peinture, sculpture, cinéma, … ont depuis toujours, comme l’écrit François Emmanuel[2] , lié les artistes et les psychanalystes dans une fascination réciproque.

« Et les uns et les autres de partager un peu le même territoire, cet arrière-pays nocturne que l’on nomme, à défaut d’autre mot, l’inconscient, cette forêt incertaine qu’ici l’on défriche méthodiquement, là on reboise avec inconstance, où les premiers s’évertuent à tracer quelques routes, où le seconds s’entêtent à se perdre, et d’où s’originent aussi bien les rêves, les lapsus, les trébuchements de la vie, les symptômes, que les tableaux, les romans, les poèmes, les chants. » (in L’art ou la thérapie)

N’est-ce pas ce à quoi nous convie le titre évocateur de Philippe Porret[3] « L’artiste hèle le psychanalyste, l’artiste aile la psychanalyse » ?

L’artiste hèle le psychanalyste quand il l’amène à renoncer à ce qu’il croit savoir pour découvrir avec lui l’inédit d’une création. Le psychanalyste ne fait-il pas la même démarche vis-à-vis de son patient lorsqu’il bouscule les certitudes de départ pour ouvrir à ce qu’il fut impossible de penser ? De l’œuvre d’art au mouvement psychique, une équation à multiples inconnues sans doute, dont le souci consiste surtout à n’en point trouver de solution mais à poursuivre le jeu de l’enrichissement réciproque.

La publication de ce numéro se fera en automne 2021. Les articles sont attendus pour fin juillet 2021. Vous trouverez sur le site de l’APRP (Association pour les Publications et la Recherche Psychanalytiques) commun avec celui de la SBP, les recommandations aux auteurs. https://www.psychanalyse.be/revue-belge-de-psychanalyse/la-revue/parutions/

Le numéro 80 sera consacré à Sandor Ferenczi et sortira au printemps 2022. Les articles sont attendus pour fin novembre 2021.

Dans l’espoir de vous lire,

Blandine Faoro-Kreit (faokreit.b@gmail.com)

 

[1] Bayard P. « Maupassant juste avant Freud » Les Editions de Minuit, 1994

[2] François Emmanuel écrivain belge, psychiatre et psychothérapeute.

[3] Porret P. [3]« L’artiste hèle le psychanalyste, l’artiste aile la psychanalyse… » in L’artiste et le psychanalyste, PUF, 2008.