Quatrième colloque international de la Revue belge de psychanalyse

L’œuvre littéraire, un espace de jeu pour la psychanalyse ?

03/10/2020

Colloquia Activiteiten georganiseerd door de RBP

Delen op

Ce quatrième colloque reprend l’idée, soutenue par le psychanalyste Pierre Bayard, de « produire du jeu » entre les théories implicites des œuvres littéraires et les théories de la psychanalyse afin qu’une confrontation avec des « possibles exclus » puisse advenir, et remettent au travail certaines théories psychanalytiques.

Pour cette matinée, Antoine Masson nous fera entendre certaines résonances entre cliniques adolescentes et œuvres poétiques. Après la pause, un dialogue entre l’écrivain belge François Emmanuel et notre collègue Blandine Faoro-Kreit s’attachera au champ dessiné par les figures de femmes blessées rencontrées au fil de plusieurs de ses livres.

L’argument et le programme complet figurent sur notre site www.psychanalyse.be/revue/. L’accréditation en éthique est demandée. Les inscriptions (limitées à 80 participants) doivent être adressées à Jean-Paul Matot (jeanpaulmatot@gmail.com). Le montant de l’inscription  (60 euros – 40 euros pour les abonnés de la RBP) est à verser au compte BE83 0682 1831 6715 de l’Association pour les Publications et la Recherche Psychanalytiques ASBL.

Organisation : Katy Bogliatto, Géraldine Castiau, Blandine Faoro-Kreit, Jean-Paul Matot

Accréditation en éthique demandée

Speakers

Quelles harmoniques et appuis réciproques entre l’acte poétique, l’acte adolescent et l’acte soutenu dans le cadre clinique ?  par Antoine Masson

Résumé : Comment, en tant que psychanalyste face à l’adolescence en péril, se mettre à l’écoute de l’œuvre poétique afin de trouver appui pour soutenir son acte, et surtout, proposer un appui et un cadre qui donne sa chance à l’acte adolescent, transition au gré de laquelle la vie se renouvelle, initiation aussi bien que régénérescence. Quelques résonances de la clinique peuvent ainsi s’établir avec les œuvres poétiques de Friedrich Hölderlin, Paul Celan, André du Bouchet, Jean-Paul Michel et plus particulièrement Fernando Pessoa.

Publications sur le thème :

Masson Antoine, « Répondre en poète à la commotion du réel adolescent », Jean-Paul Michel. “La surprise de

ce qui est” (dir. Michael Bishop et Matthieu Gosztola), Classiques Garnier, Paris, 2018, pp. 205-222

Masson Antoine, « Ligne brisée, commotion et moment poétique », NU(e), N°56, Jean-Paul Michel, CNL, Paris,

2014, pp. 249-266

Masson Antoine, « Pessoa : voix d’un sujet pluriel », Les enjeux psychopathologiques de l’acte créateur à

travers l’œuvre de Rimbaud, Nin, Artaud, Pessoa, Andrews, Novarina (dir. Bernard Chouvier & Anne Brun), « Oxalis », De Boeck, Bruxelles, 2011, pp.131-156

Masson Antoine, « Appui sur la poésie à l’épreuve du moment adolescent », Cliniques de la création (dir. Anne

Brun et Jean-Marc Talpin), « Oxalis », De Boeck, Bruxelles, 2007, pp.47-69

Masson Antoine, « Les fabriques du surcroît aujourd’hui ? », Transhumances VIII, Les fabriques du surcroît (dir.

Antoine Masson, Bernard Chouvier), PUN, 2007, pp.5-20

Masson Antoine, « La poésie à l’épreuve du “moment adolescent” », Cliniques de la création, « Oxalis », de

Boeck, 2007, pp.47-70

Masson Antoine, « Pour une clinique de l’événement adolescent », La naissance pubertaire, l’archaïque génital (dir. St. Bournet, Ph. Gutton), « Inconscient et Culture », Dunod, Paris, 2004, pp.61-84

Masson Antoine, « Le “moment adolescent” entre saisie par l’instant et constitution du présent », Figures de la

psychanalyse Nº9, L’adolescence du père au pire, 2004, p.103-126

Masson Antoine, « Penser la clinique de l’événement-adolescent à partir des Œuvres de Hölderlin, Celan et du

Bouchet », Transhumances III, Du non encore advenu (dir. Jean Giot), PUN, Namur, 2001, pp.169-208

Masson Antoine, « Adolescence et risque psychotique, Trouée événementielle et temporalité », Cahiers de

psychologie clinique Nº 13, 1999/2, De Boeck Université, Bruxelles, pp. 91 à 128

 

« L’artiste hèle le psychanalyste, l’artiste aile la psychanalyse » (Ph. Porret)

par François Emmanuel et Blandine Faoro-Kreit

Résumé : L’artiste hèle le psychanalyste quand il l’amène à renoncer à ce qu’il croit savoir pour découvrir avec lui l’inédit d’une création. Le psychanalyste ne fait-il pas la même démarche vis-à-vis de son patient lorsqu’il bouscule les certitudes de départ pour ouvrir à ce qu’il fut impossible de penser ? De l’œuvre d’art au mouvement psychique, une équation à multiples inconnues sans doute, dont le souci consiste surtout à n’en point trouver de réponse.

Des figures de femmes blessées rencontrées dans quatre romans choisis par François Emmanuel serviront le dialogue entre l’artiste et la psychanalyste.

Publications :

François Emmanuel a publié une trentaine d’ouvrages. Nous proposons ici les 4 romans qui nourriront nos réflexions :

  • La leçon de chant, Editions de la Différence, Paris, 1996
  • Le vent dans la maison, éditions Stock, Paris, 2004
  • L’enlacement, Editions du Seuil, Paris, 2008
  • Anna et les ombres, Actes Sud, 2018

Praktische informatie

Maison de la SBP, 49 rue Emile Claus, 1050 Bruxelles

Programme

9h – 9h15 : Accueil, par Jean-Paul Matot

9h15 – 10h30 : Quelles harmoniques et appuis réciproques entre l’acte poétique, l’acte

adolescent et l’acte soutenu dans le cadre clinique ?

par Antoine Masson (psychiatre, psychanalyste Espace analytique Belgique et France, professeur à l’UCLouvain et à l’UNamur, Coordinateur du Centre de Formation aux Cliniques Psychanalytiques (certificat universitaire UCLouvain)

10h30 – 11h : pause-café

11h – 12h15 : L’artiste hèle le psychanalyste, l’artiste aile la psychanalyse (Ph. Porret)

Dialogue entre François Emmanuel, (psychiatre et écrivain belge, membre de l’Académie royale de Langue et de littérature française, auteur d’une œuvre poétique, théâtrale, et d’une vingtaine de romans,) et Blandine Faoro-Kreit, (psychanalyste SBP, membre du comité de lecture de la Revue belge de psychanalyse)

12h15 – 12h30 : Remise du Prix Maurice Haber qui honorera un article paru au cours des

deux dernières années dans la Revue belge de psychanalyse, suivie d’un apéritif

Accréditation en éthique demandée