La toux pour le tout, entre OEdipe et Chaos

Berdj Papazian

01/10/2015

Articles papier

Résumé

L’auteur décrit une séquence clinique dont la toux constitue une manifestation inattendue mais pas moins principale. La patiente sortait d’une grave dépression, un état qui reflétait l’ensemble du cours de sa vie. La toux apparaît comme un symptôme crucial du site analytique, d’une part sur le versant hystérique lié à un traumatisme sexuel et, d’autre part, elle porte l’expression de parties du self non-nées. C’est le contre-transfert en régrédience qui permet d’accueillir ces dernières en quête de trouver une forme à travers un cadre malléable et un objet suffisamment bon. La toux sépare objet et sujet en réédition d’un objet obstructif et les relie à la fois au travers de la frustration contenue.

Une fantasmatique sado-masochique semble faire office de pont entre le bipôle somato-psychique. L’auteur fait la double hypothèse que ces aspects incréés du self passe logiquement par le corps et qu’ils tiennent d’une énergie inqualifiée. Les pulsions d’autoconservation pourraient servir le Moi inconscient générateur de croissance en puisant dans l’informe.


This site is registered on wpml.org as a development site. Switch to a production site key to remove this banner.