Ferenczi à la française

Marc Hebbrecht

02/02/2021

Notes de lecture

Partager sur

Benoît Peeters (2020), Sandor Ferenczi. L’enfant terrible de la psychanalyse. Paris : Flammarion, 383 pages

Note de lecture de Marc Hebbrecht

 

Benoît Peeters ne nous présente pas un traité scientifique ou une biographie classique de Ferenczi, mais plutôt une histoire sur l’amitié impossible entre le médecin passionné et son mentor, l’intellectuel scientifique Freud. L’auteur est connu comme essayiste et biographe, entre autres, de Jacques Derrida, Paul Valéry et du dessinateur Hergé. C’est par le biais d’un documentaire que j’ai écouté à la radio belge francophone que mon attention a été attirée sur ce livre. L’auteur n’est pas un psychanalyste et étudie moins les relations entre la vie et le travail scientifique. Il met toutefois en évidence certains des articles importants de Ferenczi.

En raison du traitement hostile infligé par Jones dans sa biographie de Freud, Ferenczi a longtemps été incompris. Ce n’est qu’au cours des dernières décennies que le travail de Ferenczi a été hautement apprécié et intégré dans la pratique psychothérapeutique et psychanalytique. Peeters fonde son histoire principalement sur sa correspondance avec Freud et avec Groddeck. Judith Dupont, la petite-fille de la psychanalyste Vilma Kovacs qui vit à Paris et avait sept ans à la mort de Ferenczi, l’a aidé. Dupont a fait de Ferenczi l’œuvre de sa vie, y compris la traduction et la publication du journal clinique qu’il a tenu jusqu’à peu de temps avant sa mort.

Le lecteur est initié à l’enfance de Ferenczi : huitième enfant, de onze ans plus jeune que l’aîné, n’ayant reçu que peu d’amour d’une mère sévère. Il excellait à l’école, était érudit et très cultivé. Après des études de médecine, il a travaillé dans les quartiers défavorisés de Budapest, où il a été confronté à la pauvreté, à la prostitution et à l’alcoolisme. Très tôt, il a défendu les droits des homosexuels et a contribué à une modification de la loi qui a permis d’améliorer leur situation.

Le livre de Peeters commence par la dernière visite de Ferenczi et de sa femme Gizella à Freud, le 2 septembre 1932. Ferenczi est en route pour le congrès de Wiesbaden où il apportera un article polémique sur la confusion qui règne lorsque l’adulte répond par un acte passionné à une demande de tendresse de la part de l’enfant. A ce moment-là, Freud veut le convaincre de ne pas rendre cet article public. Ferenczi est déjà malade à la suite d’une anémie pernicieuse, dont il mourra le 22 mai 1933.

La relation avec Freud fait l’objet de beaucoup d’attention dans le livre. Ferenczi entre en contact avec Freud sur les conseils de Jung et le rencontre pour la première fois le 2 février 1908. La vie amoureuse turbulente de Ferenczi rend l’histoire pittoresque : l’histoire d’amour avec Gizella et sa fille Elma, qu’il a toutes deux traitées de façon psychanalytique. La psychanalyse en est encore à ses débuts et les règles ne sont pas fixées. Elma a ensuite été en analyse chez Freud, un bref traitement qu’elle aurait souhaité poursuivre plus longtemps. Ferenczi peut difficilement choisir entre Gizella et Elma. Mélanger l’amitié, l’amour, les liens familiaux et les relations professionnelles serait aujourd’hui considéré comme contraire à l’éthique, mais dans les premières années de la psychanalyse, il était assez courant d’analyser les membres de sa propre famille et ses amis.

 

Sur le plan institutionnel, Ferenczi a travaillé dur. En mai 1913, il fonde le Groupe hongrois. Il prend en analyse Melanie Klein, gravement déprimée et souffrant de problèmes conjugaux. Plus tard, Roheim, Kovacs, le couple Balint et Hermann se joignent à eux. Ferenczi devient président de l’IPA en 1918 et professeur de psychanalyse à la faculté de médecine de Budapest sur l’insistance des étudiants. Toutefois, en raison de changements politiques, il sera licencié au bout de deux ans.

Certains éléments de la biographie de Freud sont peut-être moins pertinents, comme l’amitié avec Fliess, à laquelle un chapitre entier est consacré, puisque Ferenczi n’est pas mentionné dans la correspondance entre Freud et Fliess. Peeters a probablement inséré ce chapitre pour préciser que Ferenczi a remis sur la table la théorie de la séduction, à laquelle Freud avait renoncé.

Ferenczi souhaite de former à l’analyse et demande à Freud de le prendre en analyse, une demande à laquelle Freud préfère ne pas accéder. Finalement, Freud accepte de le psychanalyser pendant quelques semaines, mais avec deux à trois séances par jour. Ferenczi se plaindra à maintes reprises à Freud que son analyse n’ait pas été assez approfondie, bien qu’il ait demandé à la poursuivre. Le transfert négatif n’a pas été traité, la dépendance maternelle n’a pas été suffisamment interprétée. Selon Freud, Ferenczi est resté coincé dans une névrose de transfert : obstinément convaincu que Freud ne l’aimait pas et ne reconnaissait pas son travail. L’image de la mère froide a-t-elle été transférée sur  Freud ? Freud a-t-il vraiment pu réaliser le souhait de Ferenczi et réparer son déficit affectif précoce dû à sa mère froide ? Peut-être que Ferenczi ne pouvait être traité qu’avec la technique qu’il avait lui-même mise au point. Dans l’analyse mutuelle avec Elisabeth Severn, qui deviendra plus tard une psychanalyste controversée, Ferenczi fait preuve d’une grande empathie et de flexibilité : il fait des visites à domicile, elle n’a parfois pas à payer, elle obtient des séances le dimanche, et est autorisée à partir en vacances avec lui. Sa patiente est gâtée et il s’épuise. Il l’invite à analyser ses sentiments de haine provoqués par son comportement exigeant, ce qui lui fera comprendre que son contre-transfert est lié à sa mère froide. Une autre analysante, Izette de Forrest, caractérise Ferenczi comme étant humainement engagé et sans façade professionnelle.

Le livre est édité avec goût et richement illustré de nombreuses photos : de Ferenczi et d’autres pionniers, de contemporains (tels que Bartok et Kodaly), de membres de la famille, d’amoureux, de lieux de résidence et d’événements historiques. L’histoire est replacée dans son contexte historique : la chute de l’Empire austro-hongrois, la montée du nazisme, les guerres mondiales. Dommage qu’il manque une revue de littérature sur Ferenczi et une liste de mots-clés à la fin du livre. Un beau livre qui ne plaira pas seulement aux psychanalystes, mais qui suscitera certainement l’intérêt du grand public pour les aspects thérapeutiques de la psychanalyse. Comme la Société belge de psychanalyse organise son symposium ouvert sur Ferenczi le samedi 9 octobre 2021, ce livre est très approprié comme première introduction pour les participants intéressés.

 


This site is registered on wpml.org as a development site. Switch to a production site key to remove this banner.